Essais – Entrevue avec Isabelle Toutant

Tu as pris part à Iris en 2018. Penses-tu qu’il y a des différences significatives entre des essais d’une équipe élite comme Iris et les essais d’une équipe Master comme Vintage ?

Je pense que la différence la plus significative sera dans le type de joueuses recherchées, non pas dans le format des essais. Iris cherche des jeunes talents, des filles de la relève qui pourront être développées dans des rôles précis (primary vs secondary cutter, handler offensif, défensif, etc.) sur plusieurs années. À l’inverse, les filles master ont déjà un grand bagage d’expérience et se sont déjà spécialisées à différentes positions dans leurs équipes précédentes. Vintage, selon moi, misera sur les chimies entrent joueuses pour combler les différentes positions vacantes de l’équipe.

Cibles-tu des exercices particuliers lors des essais où tu te dis:”C’est ici que je dois bien performer” ou encore “Ce n’est pas ma force, alors aussi bien me garder pour plus tard” ?

Il ne faut jamais « se garder pour plus tard »…. Mais comme joueuse, il est important connaître son rôle, ses forces et ses faiblesses et d’utiliser les exercices des essais pour montrer aux sélectionneurs de Vintage ce qu’on peut apporter à l’équipe. Je crois qu’il est essentiel d’arriver aux essais avec un plan. Vous avez écrit dans notre formulaire d’inscription que vous êtes une joueuse défensive? Essayez autant que possible de jouer en défense lors des scrimmages et garder votre jeu offensif simple. Votre rôle est de courir des longues passes? Offrez des options longues aux handlers et performez dans les drills en hauteur. En résumé, dans des essais, il faut toujours donner son 100%, mettre le plus possible de ses forces en valeur et éviter d’essayer de tout faire!

Sur une échelle de 1 à 10, 10 étant très important, quelle importance penses-tu que les évaluateurs porteront sur l’attitude et le langage corporel au cours des essais ?

Au moins 8. Les grands athlètes de ce monde ont tous la capacité de rebondir rapidement après une erreur. Et l’attitude corporelle (tête haute, chest proud, etc.) aide à chasser les pensées négatives. Jouez avec confiance… personne n’est parfait!

 

Merci à Étienne Fournier pour les questions des entrevues!

Lire la suite

Essais – Entrevue avec Gabrielle Beaudoin

Au cours des nombreux essais auxquels tu as pris part, t’est-il déjà arrivé ne pas être retenue sur l’équipe que tu souhaitais malgré une performance aux essais que tu estimais excellente ? Comment as-tu réagi et comment as-tu géré la suite des choses ?

À mes tous débuts, je ne connaissais que le niveau de la ligue et je me démarquais très bien. Je me croyais en très bonne position pour entrer dans le compétitif. Je n’avais jamais rencontré de joueuses de haut niveau, donc mon auto-évaluation était assez erronée ! Bien entendu, cette année-là, je n’ai pas fait l’équipe élite de Montréal. J’étais assez déçue. Et ce ne sont pas les seuls essais qui m’ont causé de la déception. Cependant, à chaque essai, je questionnais les coachs sur les points à améliorer, je mettais les “bouchées-doubles” pour mieux me démarquer les années suivantes. L’été 2018, n’ayant pas été sélectionnée dans l’équipe à laquelle j’espérais, mes amies m’ont motivé à me dépasser et à donner le meilleur de moi. Je me suis donné de nouveaux objectifs et j’ai pris plus de responsabilités afin de m’investir pleinement dans mon sport et dans mon équipe.

As-tu vu une évolution au cours des dernières années sur la façon dont sont menés les essais ? Si oui, quels éléments ont le plus évolués ?

En effet, les essais ont changé. Les nouvelles versions tentent de montrer le QI et le style de jeu de l’athlète sur le terrain et non seulement ses capacités physiques. Ainsi, les coachs peuvent mieux repérer les caractères, les forces et les spécialités des joueurs. J’aime le fait que les coachs laissent beaucoup de temps de jeu et de différents formats (3v3,4v4,5v5 et 7v7). De plus, certains exercices spécifiques ressortent pour toucher différentes sphères techniques de notre sport (lancer des longues, couverture défensive, etc.).

 

Quand as-tu commencé ta préparation physique pour les essais ? As-tu une routine que tu répètes à chaque année ou tu as essayé une nouvelle approche cette année ?

Depuis la fin de la saison compétitive, je n’ai pas fait de pause dans mon entraînement. Comme chaque année, je suis plusieurs programmes en salle concoctés par Spécifik Ultimate. Ces programmes m’aident à développer les qualités musculaires nécessaires au ultimate et équilibrent le corps pour diminuer le risque de blessure. En plus de cela, je joue en ligue, je pratique avec le CUFM pour avoir du “game time” et approfondir mes techniques et je fais des séances de lancer à l’extérieur.

 

Merci à Étienne Fournier pour les questions d’entrevue!

Lire la suite

Essais – Entrevue avec Melanie Prescott-Gagnon

Avec ton expérience au sein de Vintage au cours des précédentes saisons, comment abordes-tu les essais de cette année ?

Dans les dernières années, j’ai plutôt été du côté des sélectionneurs alors je suis vraiment excitée de n’avoir rien à préparer. Sans farce, je trouve qu’un tryout c’est une excellente façon de voir ses forces et ses faiblesses et de se comparer.  On ne s’améliore pas quand c’est facile alors j’espère être challengée et trouver ça difficile.   J’ai hâte de jouer et de voir où sont rendues les filles que j’ai vu grandir.

Est-ce que ta préparation cette année a été différente ? Si oui, en quoi a-t-elle été différente ?

Je n’ai pas beaucoup de temps, alors chaque minute d’entraînement doit être efficace. Dans les derniers temps, j’avais l’impression que même si je m’entraînais, ça ne paraissait pas sur le jeu. J’ai changé mon type d’entraînement et j’ai essayé de jouer un peu plus. J’espère que ça va m’aider pour mon positionnement et mon timing. Je m’entraîne principalement de la maison, faute de temps, alors ça limite un peu ce que je peux faire. Disons que c’est difficile de sauter ou de faire de sprints dans mon sous-sol!  Je gère donc mes attentes : je dois être réaliste dans mes objectifs tout en essayant de continuer à me dépasser et à m’améliorer.

Quels conseils donnerais-tu à celle qui en sont à leur premiers essais ?

La première chose à faire est de s’inscrire. C’est aux organisateurs de vous choisir, pas à vous de vous couper.  Allez-y, essayez, même juste pour le plaisir, vous allez apprendre plein de choses.

Deuxièmement, quand on est à ses premiers tryouts, il faut se faire remarquer.   Avec une centaine de filles à évaluer, ça fait en moyenne quelques minutes par filles, alors il faut rapidement se distinguer.  N’importe quoi qui attire l’attention, chandail rose, bas flash, un numéro, n’importe quoi pour qu’on se souvienne de vous. Ensuite, faites la job !!!  Mettez-vous dans des situations qui vous avantagent.  Si votre force c’est les lancers, ramasser le disque le plus souvent possible.  Si votre force c’est la vitesse, offrez des options longues. Si vous êtes la rassembleuse de l’équipe, encourager sans arrêt. 

Troisièmement, un tryout c’est toujours chaotique.   Tout le monde veut le disque alors tout le monde fait un peu n’importe quoi.   Il faut se faire remarquer, mais pour les bonnes raisons.  Une bonne décision mêlée à une mauvaise exécution est toujours mieux qu’une mauvaise décision bien réussie.   En adoptant de bons réflexes, vous vous donnez de meilleures chances de réussir quand le niveau augmente.

Dernièrement, les organisateurs remarquent davantage comment vous réagissez que ce que vous faites vraiment. Les soupirs, arrêter de courir ou les têtes basses sont des signes que vous manquez de confiance et que vous risquez d’abandonner quand la tension monte.  Rappelez-vous que tout le monde fait des erreurs, il suffit juste d’en faire moins que son adversaire.

Bonne chance les filles!

Merci à Étienne Fournier pour les questions des entrevues!

Lire la suite

Essais – Entrevue avec Eve Massé

À quoi aspires-tu pour la saison 2019 ? Quelle équipe et quel rôle ?

Jouer au frisbee dans une équipe du CUFM. Puisque j’ai un horaire  instable en fonction de mes emplois et contrats qui changent souvent, il est difficile de me fixer des objectifs d’équipe. Toutefois, j’aspire à jouer au frisbee durant l’été 2019.

Mon rôle dans une équipe demeurera toujours de rallier les filles, peu importe l’équipe dans laquelle je suis où le rôle que j’occupe dans celle-ci. Avec mon humour, ma communication intense et ma bataille éternelle pour donner confiance aux autres, je vise toujours à créer un esprit d’équipe plus fort, et c’est ce que je compte continuer en 2019.

J’aspire aussi à jouer master en 2019, mais il me manque malheureusement 5 ans avant de pouvoir. Je ne lâche pas!

As-tu une routine pour te préparer à des essais ? Est-ce que cette routine est différente de lorsque tu te prépares à jouer une journée de tournoi ou encore un match avec un enjeu important ?

Je n’ai pas de routine en tant que telle, mais je m’assure que mon corps soit à son meilleur. Pour être mentalement prête, j’ai besoin de dormir beaucoup, de bien m’hydrater, de m’alimenter adéquatement et d’arrêter ma consommation d’alcool. Ce n’est pas nécessairement des choses qui vont directement améliorer ma performance, mais il est certain que ça ne peut pas nuire. J’essaie simplement de donner à mon corps les meilleures conditions afin de me donner une plus grande confiance.

Par contre, il y a quelque chose que je fais TOUJOURS avant un tournoi: me couper les ongles deux jours avant. C’est vraiment la durée parfaite!

Qu’est-ce que tu amèneras de ton expérience avec Volt l’an passé aux essais à venir pour la saison 2019 ?

La confiance, la fierté et le plaisir de jouer.

Mon expérience avec Volt m’a permis d’acquérir une grande confiance en moi et de voir la confiance des 22 autres joueuses se créer tout au long de la saison. Cette confiance s’est plus tard développée en fierté, la fierté de jouer avec une équipe aussi incroyable. C’est cette fierté que je veux apporter avec moi dans ma saison 2019.

Un merci particulier à Etienne Fournier pour les questions des entrevues!

Lire la suite