Essais – Entrevue avec Gabrielle Beaudoin

Au cours des nombreux essais auxquels tu as pris part, t’est-il déjà arrivé ne pas être retenue sur l’équipe que tu souhaitais malgré une performance aux essais que tu estimais excellente ? Comment as-tu réagi et comment as-tu géré la suite des choses ?

À mes tous débuts, je ne connaissais que le niveau de la ligue et je me démarquais très bien. Je me croyais en très bonne position pour entrer dans le compétitif. Je n’avais jamais rencontré de joueuses de haut niveau, donc mon auto-évaluation était assez erronée ! Bien entendu, cette année-là, je n’ai pas fait l’équipe élite de Montréal. J’étais assez déçue. Et ce ne sont pas les seuls essais qui m’ont causé de la déception. Cependant, à chaque essai, je questionnais les coachs sur les points à améliorer, je mettais les “bouchées-doubles” pour mieux me démarquer les années suivantes. L’été 2018, n’ayant pas été sélectionnée dans l’équipe à laquelle j’espérais, mes amies m’ont motivé à me dépasser et à donner le meilleur de moi. Je me suis donné de nouveaux objectifs et j’ai pris plus de responsabilités afin de m’investir pleinement dans mon sport et dans mon équipe.

As-tu vu une évolution au cours des dernières années sur la façon dont sont menés les essais ? Si oui, quels éléments ont le plus évolués ?

En effet, les essais ont changé. Les nouvelles versions tentent de montrer le QI et le style de jeu de l’athlète sur le terrain et non seulement ses capacités physiques. Ainsi, les coachs peuvent mieux repérer les caractères, les forces et les spécialités des joueurs. J’aime le fait que les coachs laissent beaucoup de temps de jeu et de différents formats (3v3,4v4,5v5 et 7v7). De plus, certains exercices spécifiques ressortent pour toucher différentes sphères techniques de notre sport (lancer des longues, couverture défensive, etc.).

 

Quand as-tu commencé ta préparation physique pour les essais ? As-tu une routine que tu répètes à chaque année ou tu as essayé une nouvelle approche cette année ?

Depuis la fin de la saison compétitive, je n’ai pas fait de pause dans mon entraînement. Comme chaque année, je suis plusieurs programmes en salle concoctés par Spécifik Ultimate. Ces programmes m’aident à développer les qualités musculaires nécessaires au ultimate et équilibrent le corps pour diminuer le risque de blessure. En plus de cela, je joue en ligue, je pratique avec le CUFM pour avoir du “game time” et approfondir mes techniques et je fais des séances de lancer à l’extérieur.

 

Merci à Étienne Fournier pour les questions d’entrevue!