Essais – Entrevue avec Melanie Prescott-Gagnon

Avec ton expérience au sein de Vintage au cours des précédentes saisons, comment abordes-tu les essais de cette année ?

Dans les dernières années, j’ai plutôt été du côté des sélectionneurs alors je suis vraiment excitée de n’avoir rien à préparer. Sans farce, je trouve qu’un tryout c’est une excellente façon de voir ses forces et ses faiblesses et de se comparer.  On ne s’améliore pas quand c’est facile alors j’espère être challengée et trouver ça difficile.   J’ai hâte de jouer et de voir où sont rendues les filles que j’ai vu grandir.

Est-ce que ta préparation cette année a été différente ? Si oui, en quoi a-t-elle été différente ?

Je n’ai pas beaucoup de temps, alors chaque minute d’entraînement doit être efficace. Dans les derniers temps, j’avais l’impression que même si je m’entraînais, ça ne paraissait pas sur le jeu. J’ai changé mon type d’entraînement et j’ai essayé de jouer un peu plus. J’espère que ça va m’aider pour mon positionnement et mon timing. Je m’entraîne principalement de la maison, faute de temps, alors ça limite un peu ce que je peux faire. Disons que c’est difficile de sauter ou de faire de sprints dans mon sous-sol!  Je gère donc mes attentes : je dois être réaliste dans mes objectifs tout en essayant de continuer à me dépasser et à m’améliorer.

Quels conseils donnerais-tu à celle qui en sont à leur premiers essais ?

La première chose à faire est de s’inscrire. C’est aux organisateurs de vous choisir, pas à vous de vous couper.  Allez-y, essayez, même juste pour le plaisir, vous allez apprendre plein de choses.

Deuxièmement, quand on est à ses premiers tryouts, il faut se faire remarquer.   Avec une centaine de filles à évaluer, ça fait en moyenne quelques minutes par filles, alors il faut rapidement se distinguer.  N’importe quoi qui attire l’attention, chandail rose, bas flash, un numéro, n’importe quoi pour qu’on se souvienne de vous. Ensuite, faites la job !!!  Mettez-vous dans des situations qui vous avantagent.  Si votre force c’est les lancers, ramasser le disque le plus souvent possible.  Si votre force c’est la vitesse, offrez des options longues. Si vous êtes la rassembleuse de l’équipe, encourager sans arrêt. 

Troisièmement, un tryout c’est toujours chaotique.   Tout le monde veut le disque alors tout le monde fait un peu n’importe quoi.   Il faut se faire remarquer, mais pour les bonnes raisons.  Une bonne décision mêlée à une mauvaise exécution est toujours mieux qu’une mauvaise décision bien réussie.   En adoptant de bons réflexes, vous vous donnez de meilleures chances de réussir quand le niveau augmente.

Dernièrement, les organisateurs remarquent davantage comment vous réagissez que ce que vous faites vraiment. Les soupirs, arrêter de courir ou les têtes basses sont des signes que vous manquez de confiance et que vous risquez d’abandonner quand la tension monte.  Rappelez-vous que tout le monde fait des erreurs, il suffit juste d’en faire moins que son adversaire.

Bonne chance les filles!

Merci à Étienne Fournier pour les questions des entrevues!