Exit les shorts mauves en 2016

Moins d’un mois après le tryout extérieur à St-Jean-Vianney-le-lointain, Polaris opère un branle-bas de combat : autant d’organisation en si peu de temps, c’est pas possible… tellement que Facebook a failli lâcher à Montréal.

Un référendum sur l’uniforme avec une question bien claire : On change-tu notre gear ?

En grande primeur, on vous annonce que le temps des shorts mauves est révolu, parce que le camp du OUI a gagné. C’est triste, mais pas tant. Si vous vous en souvenez, les Polachixs de 2015 avaient enfin trouvé l’animal totem de l’équipe : le renard (ici pour la naissance de Paula). On vous le promet : Polaris gardera son côté funky (bon, ça ne pourra jamais battre les shorts-argents-métalliques-dignes-de-l’ère-disco de la première édition… respect mesdames) et assumera désormais sa ruse, sa rousseur et sa petite moustache.

Bref. Un renard+mauve+Marie-Eve P.+Taïga = de la BEAUTÉ à zieuter (probablement) au Jazz

Notre participation au FrisbeeFest après 3-4 pratiques

On va se le dire d’emblée : Y FAISAIT FRETTE dimanche (DG fait dire qu’elle n’a pas du tout sué du week-end) et, avec les vents provenant de Winterfell, vous vous doutez qu’on a dû réagir face à plusieurs zones (on vous aime quand même X-Squad et ce, pour la vie).

Malgré les défaites, Polaris a bien monté le terrain contre Exo (11-7) et a tenu une solide défensive contre Qarma (4-3) sur un terrain 100% bouette. C’était genre un champ de patates mouillé sur lequel Andréane et Maude ont plongé/chuté comme des reines pour avoir le disque de notre bord. Et on ne peut passer sous silence notre match contre Iris : jouer contre notre p’tite-mère-coach-Marikha était aussi effrayant qu’impressionnant.

Enfin, ce tournoi nous a permis de développer notre chimie d’équipe et ça, ça vaut toutes les victoires du monde. Pour solidifier le sentiment d’appartenance, les filles ont paradé fièrement en fluo au Coconut Bar, là où Amé Dubé s’est presque re-fêlée la côte, lors de l’intense concours de limbo. Il y a aussi eu une troupe de danse appelée Vénus (paraitrait-il que ces filles-là jouent aussi au ultimate) qui a voulu nous intimider avec leur chorégraphie, mais on a sérieusement riposté avec nos crop tops et notre chanson chouchou de S Club 7 (par ici la nostalgie). BOOOOOOOM !

En tout cas. C’était bien plaisant tout ça.

Polaris-en-fluo

Nota bene : À Trois-Rivières, une pizza végé contient 2 à 3 chou-fleurs. Avis aux foodies.